A propos de la permaculture

« L’éthique en permaculture se résume à la résolution de prendre conscience de notre responsabilité pour notre existence et celle de nos enfants“ (Bill Mollison)

Le terme « permaculture »vient des locutions « agriculture permanente » et « culture permanente » – il s’agit de vivre en réduisant le plus possible notre impact sur la planète et de veiller à ce que nos activités humaines soient durables pour plusieurs générations après nous et en harmonie avec la nature. « Permanent » ne veut pas dire figé. On parle là de stabilité, de la façon de travailler les sols et d’assainir l’eau, de communautés prospères dans des régions auto-suffisantes, de biodiversité et, en matière sociale, de justice, de paix et d’abondance. [the Permaculture Association, 2015]

L’ÉTHIQUE

  • Prendre soin de la terre
    • Mettre en place les conditions favorables à toute forme de vie pour croître et se multiplier. C’est le premier principe car sans une terre saine, pas d’épanouissement possible pour les humains.
  • Prendre soin des personnes
    • Garantir aux personnes l’accès aux ressources nécessaires à leur existence.
  • Restituer le surplus
    • Réinvestir les excédents dans le système collectif afin de respecter les 2 premiers principes.  On inclut ici le recyclage des déchets, qui sont réinjectés dans le système puis revalorisés.

LES 12 PRINCIPES QUI RÉGISSENT LA PERMACULTURE

  • Observer et interagir
    • By taking time to engage with nature we can design solutions that suit our particular situation
  • Capter et stocker l’énergie
    • Développer des systèmes qui collectent des ressources au moment où elles sont abondantes pour pouvoir les utiliser quand on en a besoin
  • Veiller à l’efficience
    • Toujours s’assurer que tout travail porte véritablement ses fruits
  • Pratiquer l’autodiscipline et accepter la critique
    • Le besoin de pérennité et de bon fonctionnement du système exige l’arrêt de toute activité inappropriée
  • Utiliser et valoriser les ressources renouvelables
    • Faire le meilleur usage de ce que la nature nous donne en abondance afin de limiter nos comportements consuméristes et notre dépendance aux énergies fossiles
  • Zéro déchet
    • En valorisant et ré-utilisant toutes les ressources disponibles, on ne produit plus de déchet
  • Conception, des grandes structures au détails
    • En prenant du recul on repère les schémas présents dans la nature et la société. Ceux-ci inspirent nos créations dans les grandes lignes, et chacun pourra les agrémenter ensuite à sa guise en fonction des éléments individuels
  • Intégrer plutôt que diviser
    • Lorsque chaque élément est à la bonne place, un lien s’instaure entre eux et ils collaborent pour se porter assistance
  • Préférer les solutions locales et durables
    • Maintenir des échanges locaux et durables est plus facile qu’un système à grande échelle, tout en garantissant un meilleur usage des ressources locales et une plus grande stabilité
  • Protéger et favoriser la diversité
    • La diversité réduit la vulnérabilité à un grand nombre de menaces et tire avantage de la nature de son environnement d’implantation
  • Oser être à la marge et revendiquer l’originalité
    • C’est l’interaction qui produit les événements les plus intéressants et souvent aussi les plus bénéfiques, riches et fertiles pour la collectivité
  • Etre créatif et proactif face au changement
    • Nous pouvons influencer de manière positive les mutations inéluctables en étant un observateur attentif et en agissant au bon moment

(David Holmgren, 2013)